Le Billet du Docteur Luc ARCO N°9 du 25 avril 2012

calmine anti-stressDeux solutions au stress !

Expliciter le stress:

Ce terme anglais signifie en général : pression, contrainte, agression ; du point de vue de la santé, il est associé à la tension émotionnelle et à ses conséquences physiologiques.

En fait le stress en tant que tel est favorable car il fait réagir, il permet d’induire une réponse ; il y a le stress qui incite à étudier ses cours en vue de l’examen, le stress qui fait se dépasser, qui permet de donner un coup de frein ou de volant, … Dans ce cas, le corps réagit avec tout un ensemble de sécrétions d’hormones et de neurotransmetteurs, qu’il contrôle efficacement. Ce stress peut être désagréable, mais disparaît complètement dès que la situation stressante cesse. Il peut être qualifié de « stress positif ».

 Un exemple de stress positif : le coeur bat plus vite et la respiration s’accélère, … pour permettre de courir en cas de danger.

La situation se complique lorsque le corps n’a, à présenter, qu’une réponse incomplète, inappropriée ou inexistante. Toutes les chaînes de réactions sont insuffisantes, les schémas comportementaux ne correspondent pas à la situation, ce qui crée une surchauffe, un «surstress» qui à terme épuise le corps car il vide les stocks d’hormones de stress et de neurotransmetteurs. Ce stress est considéré comme « négatif » ou délétère.

Le problème se complique lorsque la situation n’est pas stressante au point de déclencher une réponse de fuite par exemple, mais s’éternise : c’est le cas lors de frustrations. Pour reprendre l’exemple ci-dessus, le coeur bat plus vite, la respiration s’accélère, mais il ne se passe rien !

Le stress : un processus archaïque de survie

Or le stress est avant tout un processus instinctif de survie, essentiellement inconscient et relativement peu sensible à l’apprentissage. L’évolution a permis de développer des capacités adaptatives qui ont permis de davantage gérer ces processus inconscients.

L’animal, en règle générale, ne vit le stress qu’en cas de danger immédiat (pour sa survie qu’il vit dans l’instant présent).

L’humain réagit de la même manière, mais il n’expérimente que rarement de situation où sa vie est réellement en danger. De plus, il a une particularité qui le dessert en terme de stress : il sait anticiper ! Ce qui signifie que les situations de stress deviennent nettement plus nombreuses. Le risque est alors l’épuisement.

Trois stratégies préprogrammées de survie sont disponibles :

  1. la fuite
  2. la lutte
  3. l’inhibition

La fuite : le corps l’anticipe en accélérant le rythme cardiaque et la respiration afin d’augmenter l’oxygénation des muscles ; le but est d’être prêt dès le moment de s’élancer.

Durant cette anticipation le ressenti est : peur, insécurité et oppression ; le but de ce ressenti est de donner l’irrésistible envie d’être loin de l’endroit où l’on est.

La lutte : c’est la solution lorsque la fuite est impossible, ou que les convenances sociales interdisent ou dévalorisent la fuite. Cette lutte est la moins mauvaise solution disponible, mais elle reste liée à un aveu de faiblesse. Le corps se prépare à une détente brusque : le regard est fixe, le rythme cardiaque et la respiration sont moins rapides que pour la fuite, les mâchoires se serrent, une tension s’installe au niveau du cou et les muscles des bras se tendent. La sensation est la colère.

L’inhibition : ultime solution lorsque le combat est perdu ou le sera de toute façon. Le ressenti est un abattement, une faiblesse ou une fatigue intense, un découragement ou un sentiment d’infériorité. L’animal peut également privilégier cette solution pour se cacher (éventuellement avant la fuite ou le combat) afin de se rendre invisible : sa respiration est très faible pour être silencieuse, les petits vaisseaux sanguins se contractent… ; les ressentis sont respectivement oppression et froid intense. L’inhibition est toujours présente lorsqu’il s’agit de se soumettre à l’autorité.

Pour l’animal, le stress est une réponse à un agresseur externe. Mais pour l’humain, c’est très différent ! Ce sont ses pensées, ses réflexions qui génèrent le stress dans la mesure où elles sont incohérentes ou contradictoires ; le stress est donc principalement interne !

Le stress chez l’humain découle ainsi d’une analyse, qui peut être erronée… De plus, les pensées, les comportements et les émotions sont trois aspects indissociables car ils constituent les 3 visages d’un même processus. Agir sur un des aspects influence directement les deux autres.

Qu’il soit interne ou externe, c’est toujours le cerveau reptilien qui va enclencher les réponses automatiques face au stress.

Les conséquences du stress chronique sont connues : l’épuisement de certains composants du corps, consommés de manière excessive et notamment des neurotransmetteurs, des vitamines, des précurseurs… Cet épuisement se manifeste également au niveau émotionnel : fatigue mentale, émotionnelle, perte de motivation, irritabilité… Cette situation est souvent étiquetée « dépression », alors qu’il s’agit très souvent d’un épuisement.

Philosophie des spécialités ci-dessous

L’efficacité des plantes qui se sont développées de manière naturelle paraît résider dans la synergie de ses constituants ; chacun d’entre eux est présent en quantité insuffisante pour expliquer les effets.

C’est dans cet esprit qu’ont été développés le CALMODIAN et le CALMINE : une synergie a été recherchée entre différents constituants, présents en dosage étudié pour éviter tout surdosage accidentel. C’est l’ensemble qui garantit l’efficacité. Une prise pendant une période prolongée est bien tolérée.

Ces spécialités sont conçues dans une démarche de type physiologique : elles améliorent le fonctionnement du corps.

CALMODIAN Anti-stress 100% Naturel

calmodian anti-stress

 

1) CALMODIAN

La rhodiole (Rhodiola rosea), racine dorée, ou rhodiole rougeâtre. Cette plante, quipousse notamment en Sibérie, fait partie des plantes dites « adaptogènes ». Ce type de plantes a la particularité d’accroître, de manière générale et non spécifique, la résistance de l’organisme aux divers stress qui l’atteignent, qu’ils soient d’origine externe ou d’origine interne.

Des études conduites sur des étudiants mettent en évidence une amélioration de leur état global : meilleure concentration, capacité de travail intellectuel améliorée et performances académiques supérieures, meilleure forme et endurance physique, diminution de la fatigue, impression de mieux-être et meilleure coordination motrice. D’autres études ont conclu à une amélioration de la capacité de l’organisme à s’adapter à l’effort, de l’endurance, de l’adaptation de l’organisme à l’effort, et de la coordination motrice.

L’action de la Rhodiola rosea sur le système nerveux semble être due à une augmentation des neurotransmetteurs (noradrénaline, sérotonine, acétylcholine et dopamine) ainsi que des endorphines.

Le pavot de Californie (escholtzia california) ou Pavot d’Amérique. C’est une plante essentiellement anxiolytique, avec une action désinhibitrice. Son principe actif agit sur le récepteur aux benzodiazépines. Mais son utilisation ne produit pas de dépendance ou d’accoutumance.

Elle est également sédative et peut apaiser les personnes hyperactives. Enfin, un léger effet antispasmodique calme les tensions intestinales. Elle est préconisée dans l’état neurotonique.

La valériane (valeriana officinalis) ou herbe aux chats, herbe aux coupures, herbe de Notre-Dame, herbe de saint Georges.

Son action sédative est bien établie, notamment dans des indications telles que stress, nervosité, anxiété, voire angoisse, sans risque d’accoutumance ou de somnolence durant la journée.

Elle agit également sur le récepteur aux benzodiazépines. Elle est préconisée dans l’état neurotonique.

L’aubépine (crataegus laevigata ou oxyacantha) ou senellier, bois de mai, épine de mai, épine blanche, poire d’oiseau ou valériane du coeur, est bien connue pour son action au niveau du muscle cardiaque. D’une part, elle accroît l’efficacité de la fonction cardiaque (augmentation de la contraction, diminution du rythme et augmentation de la circulation au niveau des artères coronaires), ce qui augmente l’oxygénation du coeur ; d’autre part, elle contient des antioxydants (flavonoïdes et procyanidines e.a.). Des études réalisées avec des personnes en insuffisance cardiaque congestive (légère) ont mis son efficacité en évidence : les personnes traitées sont moins fatiguées, moins essoufflées et présentent une meilleure résistance à l’effort.

Améliorer la fonction cardiaque a en tout cas des répercussions favorables au niveau émotionnel: diminution de l’anxiété, des angoisses, amélioration de la conscience.

Elle est préconisée dans l’état neurotonique.

L’écorce de l’oranger amer (citrus aurantium) stimule le système nerveux central grâce à la synéphrine et donne davantage d’énergie. Elle est indiquée dans les situations de nervosisme, d’anxiété, de vertiges et de spasmes gastriques. Elle est préconisée dans l’état neurotonique.

L’origan (origanum majorana) ou marjolaine des jardins ou à coquille a des propriétés neurotoniques particulièrement indiquées en cas de dystonie neurovégétative

Les vitamines du groupe B interviennent dans la synthèse de nombreux neurotransmetteurs (sérotonine, tyrosine, acétylcholine, catécholamines, GABA et dans la transmission de l’influx nerveux). Lorsque la sérotonine dénommée élixir du bien-être ou « hormone » du bonheur diminue, l’anxiété augmente.

Le magnésium intervient à plusieurs niveaux. D’une part, il intervient en synergie avec les vitamines B. D’autre part, au niveau du muscle, il limite l’entrée du calcium dans les cellules, ce qui en diminue la contractilité et l’excitabilité : il permet ainsi de soulager les tensions musculaires, les tremblements, les palpitations et la sensation d’anxiété. De plus, il augmente indirectement l’oxygénation des tissus car un muscle tendu diminue la capacité des petits vaisseaux à faire passer le sang. Enfin, un déficit en magnésium entraîne également l’apparition d’un stress et le stress entraîne un déficit en magnésium, ce qui génère un superbe cercle vicieux.

Effet sur le métabolisme cellulaire : ralentissant

Indications:

  • situation de stress avec fatigue, irritabilité
  • palpitations, oppression, tremblement émotionnel
  • nervosisme, agitation, stress des examens, baisse de concentration
  • baisse de motivation
  • dépression légère à modérée comme suite d’un épuisement
  • aide à arrêter de fumer en diminuant l’irritabilité
  • état neurotonique

dose recommandée : 2 à 3 tablettes par jour (adulte)

Composition par tablette
Vitamine B1 Thiamine HCL 1,4 mg
Vitamine B2 Riboflavine 1,6 mg
Vitamine B3 Nicotinamide 18 mg
Vitamine B5 D-Calcium Pantothénate 6 mg
Vitamine B6 Pyridoxine HCL 2 mg
Vitamine B9 – acide folique 0,2 mg
Vitamine B12 1 % 0,1 mg
extrait de Rhodiola rosea 50 mg
extrait de Crataegus 4:1 50 mg
extrait de Escholtzia california 1.8 % 50 mg
extrait de racine de Valériane PE 0.8 % 50 mg
extrait de citrus aurantium 6% synephrine 20 mg
extrait d’origan 20 mg
stéarate de Magnésium 7 mg

A éviter : en cas de grossesse, d’allaitement, chez les enfants de moins de 10 ans, en cas de prise d’antidépresseurs, d’anxiolytiques, de neuroleptiques, de benzodiazépines.

précaution : tenir hors de porté des chats qui en raffolent

 

 CALMINE Anti-stress 100% Naturel

Calmine anti-stress lebionaturel

Commander le CALMINE

Inscrivez-vous Gratuitement sur le site  → http://lebionaturel.com/accueil/186

Cliquer sur » Commander « en haut à droite

Cliquer sur » Créez votre compte «

Remplir le formulaire et s’assurer que le nom « SCHOLASTIQUE « ainsi que le N° 186 figurent bien dans les cases respectives.

Et cliquer sur poursuivre

Votre inscription finalisée, vous pourrez commander

N’hésitez pas à me contacter en cas de besoin !

2) CALMINE

L’avoine (avena sativa) est classiquement proposée pour diminuer les ressentis de stress, de fatigue, les troubles de concentration et la nervosité. Il procure une détente.

Le houblon (humulus lupulus) est également indiqué dans des situations de nervosité, d’agitation, d’anxiété et dans les troubles du sommeil. Il est préconisé dans l’état neurotonique.

Le houblon (humulus lupulus) est également indiqué dans des situations de nervosité, d’agitation, d’anxiété et dans les troubles du sommeil. Il est préconisé dans l’état neurotonique.

La passiflore (passiflora incarnata) ou fleur de la passion ou grenadille, présente des propriétés anxiolytiques reconnues ; elle calme les états de palpitations, de tachycardie émotionnelle, d’anxiété, de nervosisme et peut être associée au traitement de l’asthme. Elle présente des propriétés antispasmodiques qui permettent de soulager certains troubles digestifs liés au stress, ainsi que les spasmes musculaires.

La passiflore semble agir sur les récepteurs aux benzodiazépines ; c’est pour cela qu’elle a été utilisée (en association) pour calmer l’anxiété des sevrages d’alcool, d’opiacés et de cannabis.

Elle est préconisée dans l’état neurotonique.

La mélisse (melissa officinalis) est connue pour apaiser les crises de nerf. Elle agit favorablement sur les manifestations digestives et cardiaques du stress. Elle est préconisée dans l’état neurotonique.

La camomille noble ou romaine (chamaemelum nobile) présente également des propriétés calmantes et antispasmodiques.

Les vitamines du groupe B interviennent dans la synthèse de nombreux neurotransmetteurs (sérotonine, tyrosine, acétylcholine, catécholamines, GABA, dans la transmission de l’influx nerveux. Lorsque la sérotonine, dénommée élixir du bien-être ou « hormone » du bonheur diminue, l’anxiété augmente.

Effet sur le métabolisme cellulaire : accélérant

Indications:

situation de stress avec fatigue, irritabilité
palpitations, oppression, tremblement émotionnel
nervosisme, agitation, stress des examens, baisse de concentration
baisse de motivation
dépression légère à modérée comme suite d’un épuisement
aide à arrêter de fumer en diminuant l’irritabilité
état neurotonique

dose recommandée : 2 à 3 tablettes par jour (adulte)

Composition par tablette
Vitamine B1 Thiamine HCL 1,4 mg
Vitamine B2 Riboflavine 1,6 mg
Vitamine B3 Nicotinamide 18 mg
Vitamine B5 D-Calcium Pantothénate 6 mg
Vitamine B6 Pyridoxine HCL 2 mg
Vitamine B9 – acide folique 0,2 mg
Vitamine B12 1 % 0,1 mg
Avena sativa 50mg
Humulus lupulus 50mg
Tilia cordata (fleurs) 50mg
Passiflora incarnata 50mg
Melissa officinalis,
Chamaemelum nobile

A éviter : en cas de grossesse, d’allaitement, chez les enfants de moins de 10 ans en cas de prise d’antidépresseurs, d’anxiolytiques, de neuroleptiques, de benzodiazépines.

Utilisation de CALMODIAN et CALMINE

Ces spécialités peuvent être utilisées séparément, soit le calmodian seul, soit le calmine seul. La dose recommandée est alors de 2 à 3 tablettes par jour.

Toutefois, une autre possibilité a fait ses preuves :

Elle consiste à prendre 1 à 2 calmodian le matin, éventuellement 1 autre à midi et de prendre 1 à 2 calmine le soir (adapter au poids et aux plaintes).

Au niveau du métabolisme, cette solution correspond au rythme circadien (jour/nuit) et est très bien tolérée.

Associations possibles:

Ômega : car celui-ci améliore les performances des membranes cellulaires et favorise un meilleur métabolisme global.

Profibio : car le stress peut entraîner, à la longue, une dysbiose intestinale.

ADDENDUM

Etat neurotique

C’est une manifestation d’un état anxieux qui se caractérise par une sensation de mal-être moral et d’inconfort physique. La symptomatologie est peu spécifique ; elle peut être assimilée à un état larvé d’anxiété ou d’angoisse. En cas de pic de stress, la personne neurotonique présente une dyspnée, une impression de manquer d’air, parfois avec une douleur dans la région du coeur. Cette difficulté peut augmenter dans la position couchée.

La première cause évoquée est le manque d’activité physique ; la solution à mettre en oeuvre en priorité est donc de bouger, marcher. Cette solution n’est pas toujours facile à appliquer car les personnes se plaignent souvent de tension musculaire et de fatigue nerveuse. Parfois, l’état d’angoisse apparaît après un effort trop intense et s’accompagne de vertiges et de nausées. Une bonne hygiène de vie ( pas ou moins de consommation de café, d’excitants, de tabac et d’alcool, un sommeil suffisant et régulier) est préconisée.

Précautions : toute supplémentation est destinée à apporter une aide ponctuelle, mais ne dispense pas d’une alimentation naturelle, équilibrée, de qualité et respectueuse de la vie. Elle ne remplace pas un traitement médical ou l’avis d’un médecin ou thérapeute.

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire